Christelle Surquin et Marc Magnery défendent le point de vue ECOLO au Conseil communal de DisonLe Conseil d’avril a vu l’aboutissement de plusieurs projets chers à ECOLO.

  1. Dison s’engage enfin dans la campagne « Commune du commerce équitable ». Alors que nous avions présenté ce point au mois de novembre pour lancer cette dynamique, celui-ci avait été rejeté. Présenté par le Collège communal, il a été accepté. Malgré la schizophrénie de la majorité sur ce sujet, ECOLO se réjouit de cette victoire. L’article paru dans La Meuse du 23 avril.
  2. Dison a voté une motion qui souhaite un retour en arrière sur les mesures du fédéral qui excluront 55.000 chômeurs d’ici 2015. ECOLO avait déposée en mars une motion en ce sens que le partisocialiste souhaitait retravailler. Retravaille qui ne s’est pas effectué en concertation (évidemment), mais qui heureusement allait notre sens. Nous l’avons voté avec plaisir.
  3. Dison va placer 50.000€ pour des prêts thématiques citoyens. Cet argent, tout en fructifiant, servira à rénover des écoles, des hôpitaux, des centres culturels,… C’est un premier pas dans la bonne direction, nous qui réclamons depuis le début de la législature que l’argent de la commune soit placé dans des produits éthiques et responsables (Triodos, Crédal,…). Mais il reste des centaines de milliers d’euros de la ville qui dorment dans des banques traditionnelles et donc qui servent peut-être à construire des colonies israéliennes en Cisjordanie, fabriquer des armes ou financer l’industrie du tabac. Dans des banques classiques, on ne sait pas à quoi sert notre argent et c’est bien ce que nous souhaitons changer. Ce raisonnement vaut aussi pour notre épargne individuelle.

Mais le Conseil d’avril a également vu le non-aboutissement d’un projet cher à ECOLO : la réglementation de l’affichage électoral. Pour rappel, ECOLO souhaite que chaque parti dispose d’un même espace d’affichage, tant par souci écologique que par souci démocratique. Alors que le parti socialiste avait rejeter notre première proposition en ce sens, nous en avons présenté une seconde modifiée. Elle répondait aux objections soulevées précédemment et à l’exigence évoquée en séance publique du Conseil par Carine Fagnant : « Ok pour ce dispositif, mais seulement sur le panneau de l’école Luc Hommel ». Cependant, le parti socialiste est revenu sur sa parole et même cette proposition consensuelle de tester le dispositif sur un seul panneau a été rejetée. Des explications aussi convaincantes que « De toute façon ce panneau est cassé » furent fournies par le Bourgmestre. Triste et lamentable épisode démocratique supplémentaire à Dison.

Rendez-vous au mois de mai!

Share This